/**/

Alain Nonnet

Alain Nonnet, Maître cuisinier de France, Membre de l'Académie culinaire de France II y a plus de 40 ans, en décembre 1965, Alain Nonnet, jeune cuisinier de 23 ans, formé à l'école hôtelière de Thonon-les-Bains, rachetait La Cognette, auberge d'Issoudun, petite ville industrielle et sous-préfecture de l'Indre. "J'avais 2 billets de 100 F en poche, se souvient-il. Je me suis endetté après avoir vu ce restaurant. Je n'en suis plus jamais reparti." Il est vrai que cette auberge avait une belle histoire : sans doute créée durant la Révolution, elle acquiert sous la direction de la Veuve Cognet une certaine célébrité due à Balzac qui la fréquente entre 1823 et 1830, comme il le rappelle dans La Rabouilleuse. Avec son épouse Nicole et un apprenti, il reconstruit patiemment l'affaire. En 1971, il rachète des bâtiments contigus, crée en 1986 un hôtel de 14 chambres et 3 étoiles en même temps qu'il invente sa propre cuisine. "Je suis arrivé au bon moment, se souvient-il. Celui de la démocratisation et de la vulgarisation de la grande cuisine sous l'impulsion de Bocuse et de quelques autres." En 1971, il reçoit sa première distinction, la Poêle d'or, première d'une longue série jusqu'à la reconnaissance de Maître cuisinier de France en 1977 dont il est vice-président national. Membre de l'Académie culinaire de France et de l'Académie nationale de cuisine, GaultMillau lui accordera dès sa première édition 11/20 (15/20 aujourd'hui), et le Michelin, sa 1re étoile en 1979. "J'ai couru après la 2e étoile, regrette-t-il, mais on est passé à côté." Bien accrochée depuis plus de 25 ans, cette étoile lui aura été 'vitale', notamment pour surmonter quelques crises en 1992, et surtout en 1996. Le soutien de ses pairs et des collectivités lui était acquis pour surmonter ces accidents.