/**/

Historique

L'origine de cette auberge remonte avant 1835.

Balzac, dans "La Rabouilleuse", nous la décrit avec beaucoup de précision. Elle était tenue par les époux Cognet. Monsieur Cognet était un ancien palefrenier de grande maison âgé d'environ 55 ans; il était borgne. Sa femme, veuve de "Houssaye", ancienne cuisinière de maison bourgeoise,avait 40 ans, belle femme, brune, intelligente et discrète, sachant faire de la très bonne cuisine; et ils n'ont dû leur notoriété qu'à cela et à leur parfaite discrétion sur ce qui se passait chez eux.

Balzac qui fréquentait ces lieux de 1823 à 1830 et plus tard, note leur parfaite serviabilité à l'égard de leur clients de toute heure. Aussi, les clients venaient chez "La Cognette", d'où le nom de L'auberge de La Cognette. Dans la cour de l'établissement existait un puits où les voisins s'approvisionnaient; d'où le nom de la rue qui longe l'auberge à l'arrière : "la Rue du Puits à Cognet".